Critique Ciné – Année 2020

Durant l’année 2020 j’ai été voir 7 films (dont 3 sur Netflix), cumulant une note  de 7.85/10 Avec toutefois des grands écarts entre les films Netflix que j’ai trouvé moyen et ceux découvert au cinéma. Il y a donc eu de belles surprises, mais aussi déceptions.

La meilleure note de l’année : Tenet, The Gentlemen et 1917 avec 10/10.


Bronx (Netflix) – 0️⃣5️⃣/1️⃣0️⃣ – cela partait d’une bonne intention, d’une écriture nerveuse, d’une photo léchée et puis tout bascule. Un environnement ou les héros bossent et toi tu chopes le typhus, tout le monde trompe tout le monde (au propre comme au figuré), les méchants ne sont pas vraiment les vraies méchants et la justice est lointaine. Un point à l’horizon. Certaines scènes gratuites étaient dispensable, tout comme la fin rebondissante. Le mystère c’est aussi ne rien montrer. 

Tenet – 1️⃣0️⃣/1️⃣0️⃣ – une expérience. Sous couvert d’un film d’espionnage l’histoire évolue vers le fantastique avec un thème de fond : quelle est notre réalité ? Notre temporalité allant de l’avant que nous vivons tous ou celle inversé destiné à faire de nous une personne meilleure… voilà l’expérience de ce film qui met en avant les deux religions de notre société. Le point d’orge étant le son au cinéma. Spatiale normalement et surgissant du sol pour la temporalité inversé. Prenant et une deuxième séance s’imposent pour les détails.

The Old Guard (Netflix) – 0️⃣5️⃣/1️⃣0️⃣ – j’ai mis du temps à le voir car je suis pas convaincu de l’orientation que prends notre chère Charlize Theron depuis un moment. Si le potentiel est là, le rythme du film est trop lent, trop de blabla, pas assez d’action et une explication vite fait à la fin. Le 3ème acte est seul digne d’intérêt, mais faut pas trop chercher l’action promis…

The Dirt (Netflix) – 0️⃣7️⃣/1️⃣0️⃣ – L’histoire du groupe de glamour rock Mötley Crüe dans les années 80. Mode Sex, drogue et Rock n Roll cette histoire peine à cacher le manque de fond et les détails qui rendent tout l’ensemble intéressant. Il n’y a que des brides. Les chansons arrivent comme ça, les drames ne sont guère touchants, l’humour sauve une histoire qui résume un groupe qui n’avait rien à dire et faisait cela pour les filles et l’argent. Dommage, mais y a du bon son sinon !

The Gentlemen – 1️⃣0️⃣/1️⃣0️⃣ – Une pépite ce film vu en VO sous-titrée. Tres bien écrit, avec une intrigue vraiment de bon niveau et des acteurs qui profitent pour se faire plaisir avec des vannes vraiment drôles (Phu-Ck ? mais cela se prononce Fuck, par exemple), le dernier film de Guy Ritchie arrive même à s’auto parodier sur les 10 dernières minutes sur un petit kiff, qui finalement est un clin d’oeil au film dans son ensemble. Un petit bijoux, de petit film. Un kiff quoi.

1917 – 1️⃣0️⃣/1️⃣0️⃣ – Rarement un film inspire un sentiment de tristesse une fois le public sorti de la salle. Sam Mendes a réalisé une œuvre magnifique mettant l’accent sur les émotions des personnages ( via les mouvements caméra). Leur sentiments et espoirs. Les décors passent par tout ce qui ressemble à l’enfer (le calme, le charnier, le feu, la mort tout le temps présente etcc). La scène de nuit avec le feu est juste prodigieuse et puis il y a cet arbre. Au milieu de nulle part et toujours dressé. Un dernier espace de vie et d’énergie positive après la tristesse…

Bad Boys for Life – 0️⃣8️⃣/1️⃣0️⃣ – Le problème de ce genre de film c’est qu’avec le temps (25 et 17 ans), il est devenu un souvenir d’adolescence, que même la récente diffusion des deux opus ne peu gommer. C’est totalement sur cela que surfe ce troisième opus. Une évolution intelligente de l’histoire, Martin Lawrence acteur de vannes métas très amusantes, des séquences spectaculaires. Bref un bon film. Dommage que l’on veuille en faire une franchise à l’avenir, ce que nous laisse entendre la fin…. Il fallait peut-être rester sur cette bonne note.