Espion, contrôle de l’information et industrie

L’affaire d’espionnage autour de Renault est symptomatique de réalisme d’un état actuel. Une affaire d’escroquerie manipulée en affaire d’espionnage à grande échelle et  hors de contrôle. Il est même souhaitable que l’affaire Renault face un précédent dans nos entreprises françaises. Des sociétés très fortes pour obtenir des informations des autres, mais incapable de se protéger…

Paradoxe avec le documentaire sur ARTE mercredi soir sur les MIG de la ZONE 51, ou la voix off indiquait que le Projet Manhattan (bombe atomique) avait fait travailler 120.000 personnes dans le secret le plus contrôlé et absolu. D’après les services secrets américains. Car du coté Soviétique…

Dans ma petite carrière dans les bureaux d’études, j’ai connu deux histoires. Je me souviens d’un groupe deux hommes et une femme venant d’un pays asiatique du Matin Calme,  pour faire un échange de données. Les écrans d’alors du BE montraient les derniers projets des principaux constructeurs européens. Ce petit groupe est resté environ 48h pour partir un matin, sans prévenir,  après être resté tard la veille, seul. Sous le prétexte que personne ne voulaient rester avec eux. La rumeur disait alors que des documents ont été copie. Je ne sais pas vraiment si cela a été vrai, mais le départ rapide du groupe a étonné à l’époque.

Idem lorsque je me suis retrouvé sur le marché du travail.  J’ai été contacté par un concurrent du BE de la société ou j’ai fait mon apprentissage.  La personne de l’autre coté du téléphone m’a ouvertement demandé de venir dans sa société, sous le prétexte que j’avais eu accès (directement ou indirectement) à des projets « type brevet. »  J’avoue que j’avais été choqué. Mon indécision avait eu raison de ma carrière dans ce bureau d’étude  concurrent. L’offre était  pourtant juteuse à l’époque.

Bref, l’espionnage direct ou indirect dans l’industrie a toujours été présent dans l’histoire, même récente. Plus une société dépose de brevet et innove, plus elle s’expose à cela. Alors un conseil : si vous avez une PME de pointe, une start-up ou vous êtes chef de service dans un bureau d’étude, donner un soin particulier à deux secteurs :

  • Contrôler la valeur des sources
  • Recouper les informations

Encadrer véritablement les stagiaires, les apprenties et les intérims qui bossent pour vous. Ce sont eux les principaux concernés après un passage chez vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *