Vendredi 13 soirée fantastique (by Bloody Zone)

Vendredi 13 Janvier 2012, l’association Bloody Zone organisait une soirée fantastique et horreur, en partenariat avec le centre Escapade d’Audincourt. Une découverte intéressante.

Ce cinéma de genre n’a jamais été ma tasse de thé. Je n’aime pas la vue du sang, surtout lorsque c’est en plus super violent. Donc, ce type de film n’est jamais le premier de mes choix lorsque je vais au cinéma. Toutefois, je connais des classiques et la soirée du Vendredi 13 Janvier m’a fait découvrir d’autres films. Une passion cela se respecte est je trouve intéressant de cultiver cet échange de culture par le biais d’une association.

J’ai beaucoup aimé les deux Blind Test. Mais, je suis très déçu de ne pas avoir eu le prix du LOL,  car j’avoue que j’ai rendu hommage à un autre type de cinéma : le Nanar, avec de fantastique titre comme « Mon Curé chez les nudistes » ou encore « Par ou tu es rentré ? On t’a pas vu sortir » et le plus célèbre « La 7ème compagnie au clair de lune ». Bon tant pis, j’aurais essayé. Mais le premier Blind Test a été sérieux et j’ai eu un 7/10 quand même (merci mon voisin).

Arrive le documentaire. « Autopsie du cinéma d’horreur français ». Et là tout bascule. Le problème lorsqu’on est influencé par un produit de pop culture (un magazine dans ce cas-là) est que l’on est tenté de reproduire ce modèle, croyant que c’est la norme. Ce qui explique pourquoi les films d’horreurs français n’innovent pas et restent des sous-produits américains. Au-delà du bal des pleureuses, c’est la piètre qualité des scénarios qui est une cause. Etonnant lorsque l’on sait que la littérature française a eu une période fantastique assez prolifique et qui pourrait être adaptable à l’écran.

Mais, n’oublions pas un détail psychologique. Nous sommes en crise économique et d’idées en ce début de décennie. La période est plus à la détente qu’à se faire peur. En général nous nous faisons peur lorsque tout va bien. D’ailleurs,  « les Dents de la Mer » dans les années 70 ont fonctionné car le film est sorti en plein été. Astucieux, mais risqué commercialement parlant. Pourtant cela a été un succès. Passons.

Une pensée du passé. Il y a 10 ans, un professeur de Français, dont j’ai perdu le nom, avait fait découvrir la littérature fantastique et nous avait donnés en devoir une nouvelle à faire. J’ai été fier de savoir que ma nouvelle (19/20 étant la note) a été utilisée durant quelques années en exemples. Son titre : « la Maison » qui était l’histoire d’un couple visitant une maison et qui entrait toujours dans la même pièce, mais avec une ambiance différente. J’ai retrouvé dernièrement le brouillon de la nouvelle. Emotion de mes 17 ans.

2h30 assez plaisantes pour finir. Dommage pour les 30 min de retard (toujours le cas lorsque l’entrée est libre), car il n’y a pas eu de débat comme prévu. Mais, rendez-vous les 6,7 et 8 Juillet 2012 à Audincourt pour le Festival Bloody week-end, qui ouvrira sa 3ème édition.

Pour en savoir plus sur le festival Bloody week-end, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *