ML Report – Ce que nous apprend la Corée du Nord et l’Iran sur la gestion de la communication/image

Aujourd’hui, le monde occidental se réveil en apprenant que la Corée du Nord a procédé à un essai nucléaire. Mais, la prouesse de ce pays n’est pas que là, elle est aussi dans la rumeur. En effet, cette bombe serait suffisamment petite pour être fixée sur une ogive et donc un missile et d’une puissance bien supérieure aux deux précédentes. Sans toutefois en avoir la preuve. C’est l’effet d’un pays fermé sur lui-même, qui en réalité maitrise sa communication via son organe de presse nationale. Alimentant le fantasme des experts occidentaux et biaisant les premières analyses.

Début Février, l’Iran présentait un avion de combat moderne. Cet appareil montré à la télévision d’Etat a été présenté comme le plus moderne du monde, avec une signature radar très faible, construit avec des matériaux modernes et une avionique avancée. Les phrases du régime se déroulent avec fierté devant une maquette en bois d’un avion aux designs sortit d’une bande dessinée. Une belle avancée pour un pays qui a lancé en 2007 son premier avions de casse basée sur un F5 américain datant des années 50.

Cette présentation fait suite toute une série d’annonce du régime Iranien : Envoi d’un singe dans l’espace, capacité accrue d’enrichissement d’uranium, projets de satellites, logiciel espion de réseaux sociaux. Malgré les sanctions Téhéran multiplie les démonstrations de force pour faire parler d’elle et contrôler son image. Qui n’a pas remarqué que le singe envoyé dans le espace, n’était pas le même que celui qui a été présenté à la presse après le voyage ? Personne naturellement. L’avion est une maquette qui n’est même pas à l’échelle humaine ? Peut importe. Qui a vu une bombe nucléaire iranienne en réalité ? Personne non plus. Bref, le pays cultive le fantasme américain, un peu comme la Chine l’avait fait il y a quelques années.

L’Empire du milieu est passé expert pour faire croire les choses, alors que ce n’est pas vrai en réalité. Un héritage du communisme soviétique qui n’a visiblement pas servi de leçon aux occidentaux.

Ce que nous apprends la Corée du Nord, l’Iran et la Chine dans une moindre mesure, est que lorsque l’on contrôle sa communication de A à Z, les voix des contradictions ne seront jamais aussi fortes que ce que l’on veut montrer en réalité. Une illusion de puissance et de pouvoir. Toutefois, dans le monde médiatique d’aujourd’hui, cela marche. Il faut plusieurs jours pour réagir et analyser (c’est donc trop tard), alors que le travail marketing a été travaillé à l’avance et anticipé, pour maximiser l’effet voulu et influencé les premières analyses médiatiques pour les orientés dans le sens de l’effet voulu. Tirer le premier c’est être vainqueur à tous les coups, même si le temps dira le contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *