Invitation essai Alfa Romeo Mito

Alfa Roméo Mito

Retour cruel à la réalité.  Après quelques mètres je sens la différence. Simplement 1h d’essais et je veux un DNA !

Toujours agréable de recevoir une invitation pour essayer une voiture. Alfa Romeo m’a proposé de le faire avec la MITO, que j’ai été testé sur route (mouillée par un bon vieux climat très franc-comtois). Un modèle essence équipé d’un 4cyl 1388 cm3 MultiAir de 105 cv. Un moteur qui respire le dynamisme et pourvu d’un son enchanteur lorsqu’il est sollicité, mais qui reste discret dans une utilisation classique (éco conduite dira t’on). C’est d’ailleurs une agréable surprise que ce moteur qui donne l’envie d’adopter plusieurs types de conduite, selon l’humeur (dans la limite de la loi  bien-sûr).

La boite de vitesse est assez précise, le 6ème rapport étant pour les trajets longs courts, la boite est agréable et n’accroche pas vraiment. L’ensemble est souple. Mais, l’atout majeur reste le système DNA.

DNA : Pour , Dynamique, Normal et All Weather. Un petit dispositif à la base de la boite de vitesse qui s’actionne en quelques secondes pour offrir trois comportements différents de la voiture. L’ensemble est saisissant. Ayant débuté en mode All Weather, j’ai rapidement senti la motricité maximum sur route mouillée. L’accélérateur me retenait lorsque j’appuyais dessus en entrée d’autoroute. Rassurant. J’ai ensuite, a un moment clé du trajet, passé le mode Dynamique et là, le coup de pied au fesse. 500 tours min de plus au compteur, une puissance plus réactive, une direction plus dure, voilà une invitation à la sportivité. Le mode normal permet une utilisation plus classique de la voiture. Notons que durant une large part de l’essai j’étais en mode All Weather, par confort de conduite. A l’arrêt, le système Stop and Start m’étonnera toujours (l’impression de caler), mais tout est très réactif à l’accélération. Avec ses roues de 18 pouces, mon modèle d’essai était stable et relativement confortable.

Dans l’ensemble, hormis quelques détails de finitions par rapport à une Audi A2, la MITO n’a rien à envier à sa rivale allemande (un peu sur coté à mon goût). Le système DNA est vraiment le plus de cette voiture au look très réussi.

Je tiens à remercier Alfa Roméo et le Garage Mercier à Arbouans (et son vendeur John, très sympathique qui m’a accompagné) pour cet essai très agréable.

L’été Web meutrier

la-mort

C’est la fin des haricots, terminée votre ancienne vie d’avant du moyen âge ! Après la mort du PC de salon, le Web, annoncé il y a 10 ans comme l’avenir de l’humanité, une nouvelle économie qui supplantera l’ancienne, est annoncé comme mort. Au-delà de la prophétie de Jean Michel Jarre qui laisse à sourire, c’est plutôt le patron de Wired, Chris Anderson qui l’avait annoncé il y a 15 jours. Cela me rappelle Michael Arrington qui annonçait la mort du WEB 2.0 il y a quelques temps. Etonnant.

Etonnant de voir comment ses personnages scient la branche sur laquelle ils sont bien posés depuis des années. Techcrunch a fait sa réputation sur Youtube et Facebook et a bien été heureux de disposer des documents de Twitter durant l’été 2009 pour faire rebondir son audience face à Mashable de plus en plus visité. Idem pour Wired qui est une bible pour les geek du web anglophone. La réaction d’Anderson provient d’un phénomène simple : l’audience de son site provient pour majorité d’une application IPad que sur le net. Mais après étude, le cas de Wired est unique pour le moment. Une exception donc.

Mais hier, la rubrique nécrolo-technologique a eu un nouvel arrivant : le numéro de téléphone. Les start-up de téléphonie estiment que c’est la fin du numéro à 10 chiffres comme nous le connaissons et que Facebook deviendra le prochain opérateur de téléphonie sur internet. Skype a tenté, Google tente l’aventure, mais entre le monde des geek avide de changement et d’innovation et les « autres ». Il y a un monde.

Web Zéro

Pour l’exemple, je donnerais un chiffre pour résumer la situation : deux millions de Minitel encore en activité en France. Une contradiction dans le pays ou Internet est très actif. Ce qui signifie aussi que le changement n’est pas une fin en soi. La plupart de ses terminaux « by France Telecom » ont été diffusés gratuitement et la question est simple : pourquoi payer 30 euros par mois pour un service qui est gratuit sur minitel ? Une logique qui nous dépasse, car les possibilités d’internet sont incroyables (en bien et en mal) mais de là à rester conservateur sur cet argument très « Web Zéro »…

Reste une question

Toutefois, après l’annonce de tous ses futurs morts, une question me vient à l’esprit : si le web est mort, que le PC de Salon est mort, tout comme le numéro de téléphone. Comment je fais pour recevoir des appels chez moi ? Sur mon prochain IPad ? Sur mon Smartphone ? Désolé mais j’ai déjà un téléphone portable. Alors,  on annonce déjà la fin du téléphone portable ! Ridicule.

Le monde ne suffit pas

Là est le problème, car allez dire « à monsieur tout le monde » que son PC de salon n’est plus dans le coup et qu’il faut acheter une tablette à la pomme. Que son téléphone c’est tout pourri et qu’il faut avoir une application Skype ou autre, ou bien même que son téléphone portable, merveille de technologie nomade de ses dix dernières années, est déjà obsolète. IL ne vous comprendra pas vraiment. Ce qui est normal après tout. La technologie va plus vite que les consciences.Donc n’allons pas enterrer trop vite ce Web que beaucoup de monde découvre depuis quelques années pour un autre monde merveilleux mais inconnu ou l’application va fleurir sur son écran de télévision ou sur sa tablette A4. Le temps viendra pour cela. Mais pas tout de suite.

Evolution du blog

evolution

Changer pour évoluer. Voilà la définition du changement de design de mon blog personnel et comment je vois l’avenir avec lui. Une évolution nécessaire après deux années d’expériences, à la fois technique et rédactionnelle.

Je souhaitais un design plus épuré, j’ai donc choisi le template Basal de Ryan McNair pour marquer le changement. Depuis deux ans, ce blog a presque tout connu : les liens, les articles technos, les articles sur la Formule 1, les analyses sur certains sites, actualité régionale, le journal intime etc… Un bon laboratoire, mais il est temps de changer.

Une évolution du blogging

Souvenir d’un temps pas si lointain lorsque les observateurs indiquaient que le blog était mort. Remplacer par des réseaux sociaux de plus en plus envahissants. Certains bloggeurs ont hésité à tout arrêter pour migrer l’intégralité de leur production sur ce type de réseaux. D’autres ont évolué dans leur contenu : Twitter pour l’instantané, et le blog pour la mise en avant de production écrite ou vidéo. Enfin, certain estimait que l’avenir du blog était le « Slow blogging ». Finalement il n’en est rien.

Depuis quelques temps, certains de l’autre coté de l’atlantique reprenne le clavier et relance leur blog au détriment d’un Facebook ou Twitter devenu subitement moins intéressant dans l’échange. Le blogging de qualité et quotidien prend la place à des micros notes sans effet autre que le buzz limité dans le temps. La notion de partage revient.

Mon évolution du blog

Une notion que je partage. Avec mon blog Formule 1, TomorrowNewsf1.com et mes différents supports j’ai toujours été dans une notion de partage. Sur ce blog ce sera aussi le cas. Depuis un moment déjà, j’analyse des  phénomènes d’actualité (Wikileaks par exemple) ou les réseaux sociaux comme Twitter et je diffusais la vidéo update que je réalise à l’attention des lecteurs de TomorrowNewsF1.com.

En ce sens je vais continuer vers cette direction, pour échanger, partager des idées. A l’avenir, je parlerais de plusieurs choses, les nombreux projets en cours, mes projets avortés aussi et  une certaine expérience professionnelle depuis 10 ans maintenant.

Une nouvelle ère commence pour ce blog !

L’évolution de Twitter

En 2007, j’ai eu l’idée de tester un système de brève pour l’actualité de la Formule 1 sur le site FanaticF1.com. J’avais lu des articles sur le phénomène du micro-blog via Techcrunch et je me suis dis qu’il serait intéressant pour les fans de F1 et pour un site d’info sur la F1 d’utiliser ce type de service. Deux comptes ont été ouverts, un Twitter et l’autre sur Frazr, qui était un avatar franco-allemand. L’utilisation de se dernier a été préféré durant une année au détriment du service américain trop instable techniquement à notre goût. Toutefois, lors des derniers mois d’utilisation de Frazr, une tendance s’annonçait déjà, l’évolution de Twitter aujourd’hui.

Au départ présenté comme un outil de communication entre personnes, les services de micro-blog ont très rapidement évolué comme une niche à liens et d’échanges. Frazr avait plus rapidement évolué que Twitter dans ce sens. Je me souviens que finalement, hormis le flux de FanaticF1, celui de France 24 ou encore de Google News, la participation était autrement nulle et je me surprenais à cliquer sur les liens de ses derniers pour lire une information. Je ne suis donc pas étonné par le faible taux de participation de Twitter (5% des utilisateurs produisent 75% du contenu). Est-ce la fin du service dans son essence ? Peut être oui.

L’addiction du service rend fou la plupart des utilisateurs de Twitter, mais ceux-ci sont très souvent spectateurs, ce qui m’a rappelé une réflexion que j’ai eu à propos de Frazr avant sa mort. Eté 2008, le blog américain Techcrunch écrivait à longueur de billet sur Twitter au point de raconter que le service allait devenir le remplaçant de l’agence de presse AP. Une agence de presse donc. Ce à quoi, en analysant la chute de Frazr, j’avais plus comparé ce dernier à un Tabloïd anglais comme The Sun, que je lisais à l’époque pour me distraire.

Et finalement Twitter est entrain de devenir un tabloïd mondial, ou People, sportifs twittent et les grandes marques diffusent leurs informations et communications d’entreprises. La plupart des contenus sont  diffusés automatiquement, bref Twitter perd de son essence et de son pouvoir de séduction d’origine, c’est-à-dire un service destiné à révolutionner le blog et la conversation. Nous sommes dans l’ère de l’échange entre professionnel et lecteur…loin de l’idéologie Web2.0 d’origine.

A la différence de Facebook, qui appartient réellement à ses utilisateurs, Twitter a été investit à coup de mortier à information, par les professionnels. L’évolution était prévisible, Frazr, obscure petit service fort de 15.000 membres en Europe à l’époque, avait déjà évolué dans ce sens les trois derniers mois avant de mourir par désintérêt de ses pionniers lambda. Le même cas arrivera pour Twitter ou les premiers bloggeurs, ou twittermaniac, abandonnerons progressivement le service.

Non Twitter ne tuera pas les blogs, il s’en est servit pour exister, mais il tuera les Tabloïds et peut être la presse écrite à coup sur si il évolue encore, sauf que dans cette guerre froide, la réaction des professionnels a été plus rapide que pour les blogs, l’avenir nous dira si c’est une bonne chose ou pas.  Finalement, Twitter aura bien 1 milliard de personnes, mais avec 950 millions de lecteur environ.

USA – NYT 1 – Blog 0…à 2,5h près

Une étude intéressante publiée par le New York Times le week end dernier. Aux Etats-Unis les blogs sont en retard de 2,5 heures sur l’information par rapport aux médias traditionnels. Amusant mais assez faux. Rappelons que les médias traditionnels ont aussi des blogs qui ne sont pas particulièrement mis à jours. Passons sur ce détail. Cette étude est fausse et contestable selon moi pour deux raisons :

  • 1/ Les médias traditionnels sont des canons à dépêches, donc ont tous la même information en même temps et ne sont donc pas en retards mais veulent être le premier sur la ligne d’arrivée.
  • 2/ Lorsqu’un blog donne une information, il n’est souvent pas relayé par les médias traditionnels.

Les journaux battent donc les bloggeurs de 2,5 h sur des histoires, montrant du doigt ces fameux blogs que les journalistes n’aiment pas, ses bloggeurs parasites et qui ne servent finalement à rien d’autre qu’à relayer bêtement une information. C’est peut être vrai, mais pas souvent. Le blog est un outil personnel ou des analyses sont souvent pertinentes, donc un complément à la simple dépêche d’agence. La fameuse valeur ajoutée est indispensable aujourd’hui dans notre soif d’information et de compréhension. Les portails de marque traditionnels diffusent une information brute, sans recul.

Enfin, les blogs donnent des informations, mais ne sont pas relayés par les autres VRAIS médias. C’est une évidence, cela arrive très souvent. Qui n’a pas lu une information sur un site ou portail traditionnel 3 ou 5 jours après l’avoir lu sur un blog ? Cela arrive très souvent, sauf que l’on va croire l’information 3 à 5 jours après, mais pas avant. Paradoxe de l’image.

La course à l’information n’a pas de sens, la Breaking News va bientôt offrir sa nécrologie dans les pages des journaux qu’ils alimentent. Twitter s’en chargera. Les blogs et les médias traditionnels sont en complément, pas en concurrence, Ils peuvent devenir en concurrence par Intérêt. La filtration de l’information est ce qui a causé la situation actuelle de « guerre » entre les deux milieux et cette étude finalement.