DART GP, une équipe de F1 qui n’existe pas !

dart-gp_2

Moi aussi je vais lancer mon équipe de Formule 1 ! Depuis quelques temps, des projets de candidature F1 émerge, tous aussi étonnant les uns que les autres. La Formule 1 et son réseau d’information est devenu un des enjeux important pour faire sa communication.

De plus en plus de projet basé sur pas grand-chose se multiplient. Stefan GP en premier lieu, puis hier Cypher Group. Devenir connu en quelques jours avec les médias est finalement devenu un jeu d’enfant, il faut juste une belle histoire à raconter à l’avance et être bien préparer. Jusqu’où ira la tendance ? Certains projets n’ont même pas le financement pour 2011 et au-delà, donc par amusement j’annonce aussi un projet d’établissement d’une équipe de Formule 1 et voici la formule :

Imaginons une équipe qui s’appellerait DART GP. La stratégie de DART GP est de ne pas venir en Formule 1 ! Seul l’intérêt médiatique, la popularité des fans, et l’établissement d’une marque comme simple carte de visite seraient planifiés.

Les objectifs de DART GP pour la Formule 1 sont simples :

  • –          Pour faire sérieux un logo et un dépôt de marque à l’INPI
  • –          Avoir un site internet sympa et social (Facebook, Twitter, Youtube)
  • –          Vendre des T-shirt via une boutique gratuite Speedshirt
  • –          Embauché une Bimbo de téléréalité pour faire des photos sympas et apporter une touche rock and roll (et un calendrier car il n’y a pas de petit profit)
  • –          Faire un appel aux dons en promettant aux donateurs de voir la monoplace avant tout le monde.
  • –          Faire dessiner via un logiciel simple une monoplace virtuelle qui n’a rien à voir avec les standards
  • –          Discuter avec des pilotes, pour faire parler de soi (des pilotes médiatiques par exemple un pilote français) mais qui vont démentir rapidement, donc double communication.
  • –          Faire croire qu’on a déposé une lettre d’intention auprès de la FIA
  • –          Annoncer que le projet n’est pas viable et que nous abandonnons l’idée mais que nous reviendrons plus tard.

Tout est compris : valorisation de marque, crédibilité médiatique du projet, communication décalée, le mystère qui fait toujours plaisir, les rumeurs pour le rebondissement médiatique et enfin la fin d’une aventure qui n’avait finalement aucun avenir.

GP de Chine : Une idée

Le promoteur du Grand Prix de Chine s’annonce confiant pour le renouvellement d’un contrat permettant l’organisation d’une course de Formule 1 dans le pays, au-delà de 2011.

L’objectif de la Chine est de rattrapé les standards occidentaux en matière de promotion du sport. Pour le moment, le gouvernement a annoncé son soutien dans ce projet. « Nous essayons de construire quelque chose. De toute évidence, par rapport aux courses en Europe nous avons encore un long chemin à parcourir pour construire le marché. (…). Conclu Leon Sun pour Reuters.

Comment la Chine va pouvoir faire pour améliorer sa promotion et développer son marché ? Simplement en se lançant aussi dans le marché de la course automobile.

La Chine copiant les Etats-Unis sur le principe, il ne sera pas impossible de voir d’ici quelques temps un projet d’IndyCar Chinoise ou de NASCAR (V8 SuperCar Australienne) chinoise. L’Espagne à la fin des années 90 a crée son marché avec la Formula Nissan et a permis à un pilote (Fernando Alonso) d’accéder à la F1 et de faire rayonner un pays qui n’avait aucune (ou presque) expérience dans cette discipline.

La Chine est déjà le premier marché automobile du monde, d’ici 5 ans, si la volonté politique et industrielle se spécialise, il n’est pas impossible de voir ce pays, comme le premier marché du sport automobile. Des marques chinoises rachètent des marques de voiture en Europe, imaginons pour une équipe de F1 ? Notez aussi que l’A1GP est à vendre, une bonne base pour développer une discipline dans le pays. Non ?

Edito : Ferrari smoke on the water

L’affaire du sponsoring Marlboro – Ferrari prend de l’importance.Au point que l’équipe  a été obligée de diffuser un communiqué vendredi. Démontrant son bon droit. Mais une question : pourquoi Marlboro fait encore du sponsoring ?

La réponse est simple : pour entrer dans l’esprit des gens. Car il semblerait que la mémoire des fans de Formule 1 joue sur le long terme. Tout le monde se souvient de Camel, de Gauloise et même de Benson & Hedge (via le buzzz Jordan), sans parler de JPS et Lotus.

Raymond Loewy, qui a dessiné en 1942,  le paquet de Lucky Strike,  avait bien compris qu’il fallait un logo pour reconnaitre une marque. Mais l’évolution marketing est là : un produit, un logo et désormais une histoire.

Sauf que l’affichage de la marque est interdit, comme le logo. Il reste plus que l’histoire. L’histoire d’un code barres qui fait scandale. Si certain ne savaient pas que Marlboro était derrière ce sigle, c’est fait. Et les sites internet vont rappeler que la marque est présente depuis 1972 en Formule 1. Youtube diffuse des images d’Ayrton Senna dans une McLaren rouge et blanche. Bref l’histoire est en marche. Pour le plus grand plaisir de la marque.

Que Marlboro soit sponsor Ferrari n’est pas un problème, le problème est de faire savoir que Marlboro est sponsor de Ferrari avec un code barres. Un bon coup de buzz,  sur fond de polémique,  qui a parfaitement été exploité durant deux jours.

F1, Twitter et la Chine

Au pays de l’internet non libre, sorte d’intranet géant, la Chine dispose d’une nouvelle obsession après Google : Twitter. En effet, le service, très à la mode dans le paddock cette saison, pourrait jouer un rôle secondaire ce week end.

Fin 2009, le service Twitter est pour ainsi dire, bloqué en Chine. Mais, il semble que les hommes du paddock ont trouvé un moyen de contourner l’interdiction. Karun Chandhok dévoile que des fans lui ont donné l’astuce. Mais chut il ne faut pas le dire. 30.000 policiers du net veillent en Chine sur la loi internet du pays…

Ajouter de la polémique a une polémique

« Nous avons le sentiment que d’autres étaient plus avancés en matière de développement. Je n’ai pas la moindre idée quant à savoir si quelqu’un d’autre a un système similaire sur leurs voitures. » lance en conclusion d’une téléconférence,  Paddy Lowe, le patron technique de l’équipe McLaren à propos du système de hauteur de caisse.

Ce mardi, McLaren a confirmé qu’elle ne présentera pas en Chine une évolution de sa MP4-25 équipée de ce système. Une non information, car la FIA a déjà annoncé la semaine dernière l’interdiction de ces systèmes pour 2010. Mais l’équipe de Woking a des doutes.

Christian Horner précise que la RB6 en Chine sera identique à celle de Malaisie. Le malaise s’installe et la polémique reste vive après la conclusion de Lowe. Voici que désormais, il y a d’autres équipes qui ont ce système…