Post Place de la Concorde et Vesoul…

Le vendredi 6 décembre, Jean Todt a été élu pour un second mandat de Président de la FIA. Seul. Sans opposition, passablement isolé au fil du temps, celui qui voulait faire un seul mandat a finalement décidé d’un autre destin. La Formule 1 évoluera vers des notions de marketing inconnues. A domicile, Vesoul relançait sa saison avec une jolie victoire contre Colombelles.

Les deux principaux chantiers de Jean Todt à son arrivée en 2010 à la tête de la Fédération International de l’Automobile étaient d’instaurer un nouveau moteur, plus écologique, à la Formule 1 et de signer les nouveaux Accords Concordes 2013-2020. Le V6 1600cm3 débutera ses rugissements en 2014, malgré des surcoûts importants (coût moteur passant de 8 à 20 millions d’euros par année pour les équipes), l’ambition est d’épouser une notion d’écologie que la crise économique a déjà dépassée. Bref une idée de 2007/2008 n’est plus nécessairement une bonne idée en 2013 et à l’avenir. Réduire la puissance des V8 d’aujourd’hui et ajouter un récupérateur d’énergie plus puissant auraient été aussi intéressant et nettement moins coûteux.

L’autre point étant les Accords Concordes 2013-2020. Un accord commercial stratégique pour la Fédération. En effet, le précédent qui était valable 15 ans (1997-2012), limitait les marges de manœuvre de la FIA. Le nouveau donne beaucoup plus de pouvoir. D’ailleurs Jean Todt a augmenté les recettes avec des taxes plus importantes des équipes et une part du gâteau de la Formule 1. Mission accomplie donc. L’homme pouvait quitter la scène. Toutefois non.

Jean Todt se transforme en Michel Platini de la Formule 1. Multipliant les idées pour améliorer le spectacle. Sauf que rien n’est fait pour toucher des vrais problèmes : Les coûts. Annoncer 2 arrêts obligatoires en course, des numéros à vie pour les pilotes et une discipline 100% électrique (alors que les championnats inférieurs suffoquent), ne sont que des solutions marketings (comme les points en 2010 et le DRS). Evitant même les sujets sensibles : Le fait que 8 équipes F1 sont en difficultés, que presque personne ne fait vivre la F2, que la F3 se meurt aussi progressivement et que le règlement F4 est tellement différent en Europe que cela ne permet pas une uniformisation des coûts. Bref, les 4 prochaines années de l’ère Todt n’ont pas vraiment de programme. Cela ressemblera à un mandat sous forme de réactions d’événements enchaînés.

………

Vesoul espérait un bon résultat samedi. L’arrivée de Bouatil et Parisot stabilise un effectif qui avait besoin de confiance. Affrontant Colombelles, classée au même niveau que le CSV dans la Poule 2 de la N1, les jaunes et bleues ont rendue une copie plus qu’intéressante. Le score de 34-26 permet de prendre un peu d’air au classement. Une rencontre hachée par les fautes, mais très dynamique. Le mouvement était perpétuel.

Pendant ce temps, l’équipe de Delphine Girardin en Prenat F de l’ASPOHB gagnait à Auxonne 23-15. Un bon résultat pour cette sympathique équipe qui monte en puissance. Concernant la N1F, elle a perdue 33-22 contre La Motte Servolex.

La semaine débute toujours par un Lundi, un jour nouveau pour une nouvelle semaine au Sud du Paradis.

ML Report : La culture identitaire dans le sport

Il y a plusieurs mois, je vous avais parlé de la notion d’image en 5 temps.  La notion d’image est à ajouter au principe de l’identité. Complexe à comprendre, car véhiculée par des mécanismes multiples. Surtout dans le sport.

Selon le professeur Charles Fombrun, dans le Figaro, l’identité représente : «  L’ensemble des valeurs et des principes véhiculés par des employés et managers associés à une entreprise tout en tenant compte des expériences de réussite ou d’échec ». Ainsi, l’identité d’une formation sportive se construit sur l’expression de ses leaders (président, entraineur, capitaine pour le Football – team manager, directeur technique, pilote pour le sport automobile). A différencier des autres parties (Partenaire, institutions, médias, supporters…). Ces leaders ont pour mission de s’exprimer au nom de leur formation.

Sauf que cela ne suffit pas toujours. L’identité d’un club est centrée sur des symboles attachés à la culture de la formation. Un joueur est souvent mis en avant, ou un ancien leader. Souvent le capitaine d’une équipe est un historique, car il représente le pont entre le passé et l’avenir. Je me souviens que l’équipe McLaren, il y a 10 ans, mettait en avant Tyler Alexander, autrefois un dirigeant de l’équipe dans les années 60/70, alors que l’équipe construisait sa nouvelle image identitaire. Dans le football, il y a eu des remouds lorsque Mamadou Sakho a quitté le PSG pour Liverpool. Le joueur symbolisait la formation parisienne. Ainsi, le PSG est largement critiqué pour son manque d’identité club, car les joueurs qui composent l’écurie de prestige de Parc des Princes ne sont pas des produits du club. En réponse le PSG lance sur le terrain une équipe de super star (Ibrahimovic, Silva, Cavani…). C’est une astuce compensatoire qu’utilise le Real Madrid depuis 13 ans. Mais cela rend la marque du club dépendante et artificielle. En Formule 1, nous l’avons vu avec Lotus F1 team qui dépendait de Kimi Raikkonen (champion du monde 2007).

A l’opposition de cette identité de club artificiel et fragile, il existe une dimension aussi facile que risqué. Celle des Rising Stars. Cette alternative permet de renforcer l’identité de la structure a contrario. Car elle met en avant des joueurs qui ne viennent pas forcément d’un vivier, mais ils sont jeunes et ils sont l’avenir. C’est la stratégie de la plupart des PME du football (Marseille, Lille, Lyon). En Formule 1, Bernie Ecclestone avait signé Nelson Piquet en 1979 pour remplacer Niki Lauda. Ce même Piquet sera remplacé chez Benetton par Michael Schumacher en 1991. La stratégie d’investir sur un jeune qui a du talent permet de renforcer une identité. L’équipe Sauber n’a pourtant découvert que Frentzen et Raikkonen, mais elle est considérée comme telle, même 10 ou 15 ans après. Souvent cela donne l’image d’une formation sportive qui construit un projet sur trois ou cinq ans, afin d’élaborer une structure autour de ces rising stars.

Reste un point sensible.  Le lien entre l’identité et l’authenticité. C’est l’erreur commise par la plupart des formations sportives. Car si l’identité est surtout véhiculer par ses leaders, auquel il faut ajouter un lien d’image fabriquée, il ne faut pas oublier la chaine. Car si l’image fabriquée est destinée aux médias et sponsors, les leaders doivent entretenir un lien  avec les supporters. Ces derniers sont les derniers relais afin de créer une identité en phase avec les objectifs des leaders. Dans le sport le silence n’est jamais un signe d’accord.

Les liens historiques sont peu exploités.  Sauf qu’en période de crise économique, ce type de lien doit être privilégié, car c’est un reperd. Un mur porteur.  La Formule 1 nous indique que ce lien identitaire et authentique est important. Ferrari célèbre ses anniversaires pour marquer son histoire. McLaren fête ses 50 ans en 2013 et marque le coup en racontant son historique. Manchester City a construit une offre intelligente  autour de Patrick Viera. L’essentiel est de ne pas se couper de son passé mais de le cultiver pour nourrir une base qui sera ensuite épousé par les supporters. C’est la base de l’identité.

Post GP Brésil et Le Pouzin

La théorie des chiffres impaire c’est encore une fois démontrée avec la 13ème victoire de Sébastian Vettel (9ème de suite) cette saison en Formule 1. Clôturant une saison terne, aboutissement du déclin futur d’une discipline qui a encore tant de chose à montrer. Cela n’a rien à voir avec la domination du pilote allemand, au contraire, mais plus à l’ambiance générale et surtout les coulisses ou tout devient noir, voir gris. Auparavant c’était intéressant, désormais c’est du buzz, bashing, clash. Aucun intérêt donc. Mais ceci reste logique avec l’évolution des médias aujourd’hui.

Cette saison se termine avec un goût amer pour beaucoup. L’avenir nous dira s’il est intéressant de regarder plus de 500 millions de dette courir sous nos yeux. La saison prochaine s’annonce intéressante et celle de 2015 également, avec le retour de Honda. Toutefois, je ne pense pas qu’il y aura de grands changements. Depuis plus de 20 ans, le motoriste dominant l’ancien règlement garde sa domination pour la saison suivante. Renault Sport devrait donc encore célébrer un titre en 2014. Idem pour Red Bull qui devrait viser un 5ème titre de champion du monde l’an prochain. Ceci est statistique. Par contre, le marché des transferts en milieu de grille reste ouvert, mais reposant encore sur l’équation : Argent/Talent.

Pas de commentaire sur l’affaire Quantum. Pas que je ne sais rien, mais je n’ai pas envie de participer à la comédie médiatique qui ne repose pour le moment que sur la voix d’un homme mystérieux aimant la publicité.

….

Samedi soir l’équipe de Nationale 1 Fille de l’AS Palente Orchamps a perdue contre Le Pouzin. Au-delà du caractère inhabituel de la rencontre, avec des antagonismes entre les joueuses des deux équipes, c’est encore une fois un rendez-vous d’occasions manquées. Et…je m’arrêterais là.

En effet un message du président du club sur Facebook s’indignant des propos que j’ai pu tenir dans la première version de ce billet me laisse penser que la critique, pis, le rapport de propos tenus dans le gymnase n’a pas sa place ici. Soit qu’il en soit ainsi. Il est plus facile de s’en prendre à un messager que d’affronter les vraies problèmes…Je peux le comprendre.

Jolie victoire des -18F contre Reichstett et de l’équipe B Prenat fille contre Belfort. Bravo les filles !

La semaine débute toujours par un Lundi, un jour nouveau pour une nouvelle semaine au Sud du Paradis.

Post GP Austin, Pole Sud 38 et Estoril

Sébastian Vettel n’en fini plus de battre des records. 8 victoires de suite (il gagne toutes les courses depuis le GP de Belgique, fin Août), un record historique en Formule 1. Normalement la logique statistique voudrait qu’il s’arrête là et que le GP du Brésil offre un nouveau vainqueur. Mais, avec Vettel la logique explose, d’autant qu’il vise une 13ème victoire cette saison et que l’on ne s’arrête jamais à 12 en F1. Bref, vous l’aurez compris, la logique des chiffres est ainsi faite. Après 7, 9, puis 13 et 14. Entre les deux 8 et 11. Mais pas d’autres chiffres. Le précédent record de victoire à la suite étant de 7, cela risque d’être donc 9.

Belle course de Romain Grosjean, second après une course intelligente. Je pense qu’il arrive à maturité et que l’an prochain il pourra viser la victoire si la Lotus est performante. D’autant que l’avenir de l’équipe commence à se présenter sous le signe du Venezuela. Quantum Motorsport, le consortium qui devait prendre 35% de l’équipe a vu sa dead line expirée le vendredi 15 à minuit. Il semble que Gérard Lopez de Genii Capital (propriétaire de Lotus F1 Team) ait accordé un délai jusqu’au GP du Brésil. Au-delà, la signature de Pastor Maldonado sera acquise, ainsi que son sponsor pétrolier PDVSA pour 20 millions d’euros en 2014 et 2015. En effet, la société d’état va débourser l’équivalent à Williams F1 Team et payer les moteurs Mercedes pour 2014 et 2015. Honorant d’une certaine manière son contrat. Quoi qu’il en soit, 20 millions d’euros dans les caisses de Lotus seraient toujours plus qu’aujourd’hui et une bonne nouvelle. De son côté Pastor Maldonado souhaite, d’après les rumeurs, un salaire de 4 millions d’euros par an…

….

L’équipe de l’ASPOHB N1F a fait le déplacement à Pole Sud 38 (vers Echirolles). Une défaite 32-21 difficile, car les bisontines ont affronté un gymnase inutilement hostile et un arbitrage moyen (surtout en deuxième mi-temps). Ainsi soit-il, la loi du sport est faite comme cela. La prochaine échéance du Pouzin ce week-end permet de penser que les prochains matchs de l’année 2013 seront désormais tous importants pour le championnat. Pendant ce temps, Vesoul gagnait 25-24 contre la grosse équipe de Stella Sport St Maur.

De son côté la Prénationale Fille était en déplacement en Bourgogne contre Varois-Arc. Une difficile victoire 22-23, car l’équipe peut faire beaucoup mieux et plus fort. Elle en a le potentiel, mais se repose trop facilement sur ses acquis. Imaginez que les filles de Delphine Girardin menaient de 7 buts après 40min de jeu et vous comprenez le scénario de la rencontre… Je sais que chacune à un potentiel important pour être au sommet du classement. La confiance doit revenir. J’ai pris beaucoup de plaisir de revoir ces visages et sourires que j’ai toujours aimés l’an dernier et je tenterais d’être là le plus souvent possible en deuxième partie de saison. Promis.

Dimanche, mon ami David Zollinger et son équipier Philippe Mondolot ont été titré pour la 4ème fois championne d’Europe d’Endurance Proto en VdeV. Un titre acquis au prix d’une course faite de nombreux rebondissements à Estoril, au Portugal. Bravo à David qui enrichi son palmarès depuis dix ans maintenant.

La semaine débute toujours par un Lundi, un jour nouveau pour une nouvelle semaine au Sud du Paradis.

Post Abu Dhabi-Bron-Aulnay

Et de 11 victoires pour Sébastian Vettel après le GP d’Abu Dhabi. Le nouveau quadruple champion du monde de Formule 1 égale sa performance de 2011 et peu espérer égaler le record de Michael Schumacher en 2004 (13 victoires durant la saison). Romain Grosjean termine 4ème, tout proche d’un nouveau podium, tandis que son équipier Kimi Raikkonen n’a pas franchi le 3ème virage du premier tour, victime d’une Caterham trop proche de sa roue avant droite. Pendant ce temps, en déplacement à Bron, l’équipe de l’AS Palente Orchamps HB remportait une victoire importante (25-27) à l’extérieur (sa première de la saison) et confirme sa bonne lancée. En parallèle, Vesoul remportant à domicile contre Aulnay (30-24) sa première victoire de la saison.

Le ridicule ne tue pas. Le donuts de Sébastian Vettel qui avait été sanctionné d’une amende de 25.000 euros la semaine dernière, n’aura pas de petit frère cette semaine, malgré une belle figure après la course. Vettel serait-t-il entrain de tuer cette mesure (datant de l’époque ultra sécuritaire de Max Mosley) ? Probablement oui car cela fait partie du spectacle et l’allemand est le premier du paddock à défier l’autorité en indiquant même qu’il faudra un budget à l’équipe pour payer les amendes d’ici la fin de la saison. Humour. Fernando Alonso non plus ne sera pas sanctionné. Le privilège des champions du monde, qui malgré des manœuvres très limites, arrivent à s’en sortir. C’était une spéciale « world champion » ce week-end avec Kimi Raikkonen qui n’arrive que le vendredi matin, au lieu du Jeudi. Son agent Steve Robertson était depuis le Mercredi en négociation avec Genii Capital pour trouver un arrangement, qui ne concerne que la société luxembourgeoise et le pilote finlandais. Je le précise car l’annonce sortie du chapeau (pour l’instant) de Quantum est assez déstabilisante. En effet, Mansoor Ijaz a indiqué que son consortium avait fait sa part du contrat et serait prêt à injecter de l’argent.  En effet, l’argent est injecté, sauf que personnes d’entrevoient rien jusqu’à présent et qu’Ijaz ne communique que pour sa publicité personnelle. Il est entendu que Pastor Maldonado a signé un préaccord et qu’une annonce est prévue à l’horizon du GP des USA. Attendons donc mardi 5 Novembre pour voir si Quantum est une réalité ou un mirage. Pour le moment tout est contradictoire.

…………

Félicitations aux filles de Palente pour cette victoire qui a été difficile à remporter, malgré une première mi-temps dominante. Toutefois, la médaille du fair play ne sera définitivement décernée au speaker de Bron. Ce dernier a lourdement indiqué dans son micro que « Palente avait perdu 22 rencontres la saison dernière et que les bisontines se sont maintenus uniquement grâce au brassage des poules. » Sympa donc et ridicule pression psychologique à la fois (même si c’est la vérité). La meilleure réponse était cette victoire 25-27. Avec cette victoire, l’ASPOHB est 7ème du classement à égalité avec le 3ème (11 points).

A Vesoul, au gymnase Jean Jaurès, c’était le retour d’Anne Sophie Parisot et d’Asia Bouatil dans l’effectif N1, fortement en difficulté dans la poule 2 du championnat de N1F. Cette première victoire de la saison contre Aulnay faisait plaisir à voir. Le président du club était en larme et l’émotion était palpable dans les tribunes.

Pour finir, la semaine dernière je vous indiquais que je travaillais sur un projet sportif. Le premier volet est actuellement au point mort, après une nouvelle que j’ai eu Samedi. C’est difficile à vivre car j’y travaillais depuis plusieurs semaines en réalité. Mais ce n’est pas de mon fait, j’attends de voir l’évolution de l’histoire pour prendre une nouvelle décision. Mais je prépare toutefois une annonce pour le mois prochain…

La semaine débute toujours par un Lundi, un jour nouveau pour une nouvelle semaine au Sud du Paradis.