Leçon de management : Sortir du chemin critique

Depuis que j’ai développé ma petite carrière de dirigeant de club, j’ai côtoyé nombreux entraîneurs et directions de club. L’occasion de divulguer quelques leçons que j’ai apprise sur le terrain depuis 7 ans.

La période de Juin est souvent associée à celle du changement pour une équipe. Un nouvel entraîneur vient prendre ses nouvelles responsabilités et découvrir son nouveau collectif. Mais très souvent il se passe le même acte de la pièce de théâtre : la partie ou, subtilement ou non, il a tendance à critiquer son prédécesseur. Le fameux « cela va changer », qui alors qu’il s’annonce comme une perspective d’évolution, est en réalité une critique non constructive. En fait, cette critique lui permet de vanter son propre potentiel et ainsi promettre un monde meilleur à sa nouvelle équipe et même à ses nouveaux dirigeants. Derrière cela, cette attitude sert son égo en se présentant comme le sauveur d’une situation, qui naturellement, ne pouvait pas être satisfaisante avant son arrivée à la tête de l’équipe, vu que le coach précédent est parti.

Tout étant toujours dans les détails en matière de communication, la manière dont un nouvel entraîneur traite son prédécesseur en dit davantage sur le premier que sur le second. Mais attention, s’il fait preuve de classe, il révèle qu’il est intègre et prendra des décisions en fonction de critères non pas émotionnels, mais objectifs.
Plus important, il montre qu’il ne se nourrit pas de l’échec (virtuel ou réel) des autres mais de sa propre réussite et qu’il à la volonté de montrer ses qualités par ses actes et non par des OFF de coulisse ou dans l’autocongratulation mal placé.

Ce que j’ai remarqué sur une poignée d’entraîneur est que leur message sur l’esprit d’équipe qu’ils entendent cultiver est un double message :

• Ceux qui critiquent pour vanter leurs propres mérites relèvent d’une manœuvre classique et il faut y être insensible. Le meilleur moyen de servir l’intérêt d’un collectif sportif est d’améliorer ses performances et non être médisant en détruisant psychologiquement l’autre.
• Un détail très important est que si un entraîneur critique son prédécesseur, c’est aussi le travail décisionnaire de son club qu’il remet indirectement en cause. Et oui un club et son organisation est solidaire dans les bons comme dans les mauvais moments. On gagne ensemble et on perd aussi ensemble.

Les bons entraîneurs sont capables d’injecter leur ADN dans l’équipe. Non pas en faisant table rase, mais ayant à l’esprit que cela peut améliorer l’efficacité du collectif. Chacun dispose de son passée et la démarche est de construire sur l’expérience et non pas en détruisant celle des autres. L’erreur de la plupart des entraîneurs moyens est qu’ils ont tendance à oublier qu’une équipe est une évolution continue par détail et non pas un chantier nouveau auquel il faut refaire les fondations à chaque fois qu’un changement s’opère. Surtout si les résultats ont été visible la saison précédente.

Enfin, la posture est l’aspect le plus important pour un nouvel entraîneur découvrant son équipe : Son comportement dans les premières minutes et de son intégration est toujours décisif. A la fois lors de sa présentation, que lors de son premier entrainement. Vous avez le droit d’être stressé (surtout si vous débutez à ce poste par exemple), mais si vous avez préparé votre discours et votre séance et que vous ne donnez pas l’impression de vous imposer d’une manière ou d’une autre. Vous avez gagné la première partie.
La seconde sera d’obtenir les résultats.

Bonne année 2017 !

Je vous souhaite une belle et agréable année 2017.

2017 sera l’année du changement dans les prochains jours pour cette page qui va devenir la page du Business Book GP et dire adieux à TomorrowNewsF1.com.

L’esprit TWF1 restera sous une forme qui me tient à coeur depuis un moment. Ouvert sur les autres, utiles et répondant à un besoin humain. Je vous informerais rapidement de l’évolution que prendra l’histoire qui se dessinera en 2017.

Santé, prospérité et espoir !
Marc

Quand Sport rime aussi avec Culture

Le secteur culturel et le sport sont entrain de plus en plus se rapprocher, l’un apportant à l’autre cette matière consistante qui améliore l’image et la perception idéologique, à l’autre et l’autre apporte un contenu et donne du corps. La musique et le sport sont devenues très importants, tout comme le cinéma et la littérature.

D’abord la musique. Le secteur le plus riche en la matière et se prêtant le mieux au domaine sportif. Beaucoup de club, voir de sportifs, mettent en place des compilations sur Spotify ou Deezer. L’objectif est de coller à une image spécifique. Chaque type de musique à ses codes et l’image qui lui correspond: Le Rap/Hip Op est un modèle de rue et proche des gens dans sa culture. Il est destiné à rapprocher. Le Rock est désormais un produit premium, surtout ceux des années 70, car les années 80 présentent aujourd’hui un ensemble bas de gamme peu intéressant (Le Jump de Van Halen est devenu un peu dépassé, comme certaine chanson de Bon Jovi). Enfin l’Electro est proche du secteur de la technologie et présente un élan de modernité. D’ailleurs les publicitaires ne se trompent pas en associant chacun de ses 3 courants musicaux à leur produit. Une voiture tournera plus entre le Rock et l’Electro que le Hip Op par exemple.

C’est la même chose dans un stade ou un gymnase par exemple. La musique est importante durant les mi-temps ou avant et après une rencontre. Elle ne doit plus correspondre à la cible qui est présente dans votre stade, mais elle doit véhiculer l’image que vous voulez mettre en place. Jay Z avait changé la musique de son équipe des Brooklyn Nets avec plus de nouveaux talents Hip Op, lui offrant une image en décalage avec les autres clubs de la région, proche et novatrice à la fois (grâce à ses nouveaux artistes mis en avant justement).

Toutefois la musique n’est pas seulement intéressante, il y a aussi le cinéma. Ici l’idée n’est pas tellement de diffuser la bande annonce d’un film, car peu de structures disposent d’écran, mais d’associer son image à celui d’un film en établissant un deal de promotion. Complexe ? Oui bien entendu, mais cela valorise aussi le club et le fait évoluer vers d’autres niveaux.

Enfin il y a aussi la littérature. Là encore, c’est extrêmement complexe d’associer le sport et un livre. Mais c’est tout à fait possible. Un auteur peu venir dédicacer son livre, pourquoi pas, ou alors faire la promotion de son ouvrage. Tout comme exposer des tableaux d’un artiste, ou des photos. La culture permet surtout à un club de se valoriser et d’élargir un peu plus son environnement proche et sa « clientèle. » En effet, à l’avenir, le sport établira des partenariats avec le secteur culturel pour justifier un prix d’entrée, et surtout avec l’objectif de tendre de plus en plus vers le divertissement. Au delà du terrain.

L’actualité de mes blogs (Octobre 2010)

Chaque début de mois, je vous propose un résumé des billets publiés sur mes autres blogs et contributions extérieurs.

L’actualité des Notes du Mardi, note de réflexion sur la Formule 1 dans son ensemble, disponible sur a newsletter payante de Tomorrownewsf1.com:

  • Le sponsoring furtur de la F1
  • Le sponsoring doit être un bonus

L’actualité des notes et analyses sur le marketing sportif sur TomorrowSportMarks.com:

Top 5 de l’actualité et le décryptage de la Formule 1 sur TomorrowNewsF1.com :

L’analyse de chaque Grand Prix en vidéo avec TomorrowLine :

Découvrir aussi www.tomorrownewsf1.eu et F1Feeds

L’hyperlocal au service des manifestations sportives locales ?

Hyperlocal et sport

L’idée n’est pas vraiment neuve, mais se relance progressivement. Les technologies sociales de diffusions permettent une ouverture très importante,  afin de réaliser des synergies entre un club ou un sport et un média hyperlocal (HL) qui a besoin de contenus.

La télévision locale est un relais logique, mais n’oublions pas les sites hyperlocaux qui se développent partout en France.

La vidéo

Le streaming permet de diffuser en live des manifestations en direct sur un site internet. Mais, un club peut « sponsoriser » une vidéo résumée, par exemple,  de l’événement. Autre idée, le débriefing d’un match (voir ici pour en savoir plus), qui pourrait être diffusé en exclusivité sur le site HL partenaire.

Le live

Autre principe, le commentaire live. Loin de la radio, le principe Coverit Live (voir ici pour en savoir plus) et une bonne initiative pour vivre un match à moindre coûts. Une solution qui peut être utilisée pour les matchs à domicile par exemple (sa fonction replay est très intéressante pour assister à un résumer d’un événement après coup). Ici encore une exclusivité sur le site HL partenaire peut être envisagée. Un compte Twitter peut être aussi utilisé pour commenter un match ou une manifestation sportive (voir ici le dossier Twitter et le sport).

Conclusion

Que ce soit la vidéo, ou le Live (voir Twitter), les possibilités d’associations entre un site HyperLocal et un club sportif sont importantes. Au-delà du principe de diffusion de contenus coproduits. Le site HL peut aussi faire du commerce avec la fourniture de billets par exemple dans le principe de la vente privée avec sa communauté de lecteur. Une union logique et favorable pour toutes les parties.